LA FORÊT ORCHESTRE

La Cie Déviation commande à Barbara Boichot le livret pour une création "La Forêt Orchestre" 

Un tour du monde musical, une composition pour voix et 30 Tambours de bois

Compositeur Horia Surianu.

Afrique

 

Une femme qui pile

Une deuxième ensuite

Qui pile à contretemps

La forge est en action

Au rythme du métal

Le balai polisson

Voudrait se faire la malle

Balance en cadence

Et fait danser le sable

Le grand père du village

Se met à fredonner

Les enfants amusés

Percutent sur un arbre

La fillette emportée

Fait tournoyer son pagne

village en mouvement

Chemin de l’unisson

D’autres voix s’entremêlent

S’invitent balafon

Dum Dum et Doundounba

Sokou et darbouka

 

Quand le soleil décline

Les tâches du matin.

Ont fait naître la fête.

Italie

 

 

Bordélique

Musique

Sons de rues

De paroles

Et d’odeurs

Panique

Comique

Brouhaha

De klaxons

Ravageurs

Angélique

énergique

La musique

Du langage

Du chauffeur

Du conteur

Chaotique

Et épique

voyage

Dans la rue

Des saveurs.

 

 

 

 

Italie

A la fin du banquet

Le plus vieux se met à chanter

Sa peur devient sage.

Son corps peut voler.

Toujours

Absolument toujours

Il entonne d’une voix profonde

Il entonne pour rester au monde

Repousser surpasser ou dompter

La mort qui viendra le chercher.

 

Syrie

 

Elle a une mélodie au fond d’elle

Une mélodie puissante et pourtant silencieuse

Elle ne peut pas chanter

Ce n’est pas le moment

Dehors c’est la guerre

Ou la révolution

Sa musique puissante et pourtant silencieuse.

Surpasse à chaque jour

Chaque seconde

Chaque détonation

Complainte violente

Etouffée et muette

Repousser l’hystérie

Refuser la folie

Russie

 

Musique du vent sur la Volga

Jeune, fou, froid, blanc, neige et verglas.

Musiques des Hommes sur la Volga

Regards chauds, vifs curieux et droits

J’entends ce chant ! Vent et Volga !

La terre survivra du froid.

 

Japon

 

Faire tinter la cloche

Doucement

Amoureusement

Le son doit s’élever

Posé sur l’aile d’un papillon

Ne pas heurter la divinité

Non

La prévenir délicatement

La note emplit l’espace

Aussi légère qu’un cerf volant

Elle enfle tourne et s’élève

Oiseau de feu dans le vent

Seulement

Alors seulement

Dans le temple,

Humblement

Entrez.

 

Bretagne

 

Falaises abruptes

Visages rugueux

Jour de mer brute

Crachin teigneux

Sans jamais renoncer

La mer se jette

Attaque harcèle

Les rochers sages

Les rochers lisses

Déchaînement de sa colère

Rythme des vagues

Force des eaux

Pizzicati du sel sur la peau

Vent basson

Souffle clairon

Notes puissantes et éphémères

La mer se déchaîne

La terre est sereine

Le cœur de l’homme bat calmement.

Barbara BOICHOT: barbaraboichot@free.fr 06 48 60 53 58